chaperon rouge - 8 - l'association

Publié le par Fab le lyonnais

Faites excuse pour mon absence une vieille blessure affective a fait des siennes, mais fabuliste est à nouveau parmi vous avec sa devise :

« Toujours rire pour ne pas pleurer, aimer pour ne pas haïr »

 

 

    - Il y a deux choses que gagnent de vieillir, le bon vin et les amis.

La plaisante sagesse lyonnaise

 

Les contes bucoliques de la mère l’oye – Chaperon- l’alliance

   

     Je reviens sur le dernier épisode de chaperon.

     Rappelez-vous l’épisode sept (comme les péchés capiteux ou les nains de jardin de Blanche-neige) où nous étions restés sur l’entente cordiale entre Paulo Leloup, Chaperon et Mère-grand, et Paulo avait pour mission d’alpaguer Mimi les belles mirettes.

 

     Après leurs chiquaisons et leur lichaisons, nos trois mamis étaient attablés comme de bien s’accorde autour d’une Dubelloire fumante pleine d’un caoua odorant. Paulo versa le café dans les tasses et Mère-grand sortit de derrière les fagots (À l'origine, au XVIIIe siècle, cette expression s'appliquait au vin de qualité qu'on remontait de la cave où il avait été soigneusement conservé, caché derrière les fagots de bois stockés pour l'hiver) une bonne bouteille de marc égrappé de pays du Jura, offert par ses poteaux  Sucramus et Jeansanterre (qu’ils avaient eux-mêmes distillé à l’alambic). Elle en versa une bonne rasade dans trois verres ballons qu’ils dégustèrent en claquant de la menteuse.

     - C’est du brutal, il a du retour et de la cuisse, dit Paulo.

     - Ça fait bien glisser la tartine de fromage fort, rajoute chaperon.

     - Heureusement que j’ai le gosier qu’une armure d’acier matelasse, conclut Mère-grand en servant une deuxième tournée.

 

     - Dis-moi Paulo, questionne Chaperon, ta mission pour mettre hors d’état de nuire Mimi les belles godasses, tu penses y arriver tout seul ?

     - Ça ne va pas être du gâteau puisque je n’ai pas de partenaire vu que je travaille en dehors des circuits officiels.

     - Que dirais-tu d’une association mon gros loup. Tu me fais passer pour ta fillasse adoptive confiée par Jo le trembleur avant qu’il ne parte en Guyane rejoindre Papillon.

     - Excuse la môme, mais je fais pas dans la layette et je veux pas me faire gauler pour détournement de mineur.

     - Balises pas mec, je suis pas une mauviette, je suis plus au biberon et je sais me défendre.

     - Il y a bien longtemps que j’ai pas rigolé, intervient Mère-grand, je me joints à votre équipe comme ça je te dédouane pour ma petite fille. On est au tout début des grandes vacances. L’idée de la petiote est pas foireuse, tu risques rien. On fait un deal pour les deux mois à venir, ok !

 

     Paulo gamberge, se disant qu’après tout, Mimi les belles godasses se méfiera pas d’un mec flanqué d’une momignarde et de sa vioque. Il marche dans la combine des deux drôlesses. Mère-grand s’occupera de la logistique, lui va changer de look, il va se fringuer chicos avec un costar trois pièces et un melon sur le cigare. Mimi aime les belles fringues et les jolies minettes, alors Chaperon avec ses bottes de cuir, il s’en méfiera pas et à coup sûr, il va se faire alpaguer comme un branque.

 

     Et voilà mes mamis la véritable fin de chaperon rouge qui se termine par une alliance qui fera parler d’elle « chapeau melon et botte de cuir » avec Mère-grand, je te fiche mon billet que ça peut devenir un feuilleton de téloche.  chapaumelon

     Fin de l’histoire, ce qui va s’ensuivre, je vous y raconterai si que j’ai pas d’autre patrigot sur le feu.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JEFF 16/01/2010 12:51


Heu... le bon vin j'veux bien qu'il soit meilleur en vieillissant, mais pour les amis j'suis moins sûr... ou alors j'veux pas être ton ami hein, pas envie de vieillir moi bonhomme, j'veux rester le
jeune homme que j'suis, que j'ai toujours été... quoi ?!?... Qu'est-ce tu dis gamin ?... Que j'suis frais comme un gardon ... ah ben j'préfère... pour mon âge !?... ah ben ça c'est de trop,
t'aurais pas dû mec.
Va vieillir ton vin et laisse tes amis rester jeunes nom de dieu !!


Nouchkaya 16/01/2010 03:59


Plaisir de lire la truculence de cette langue (je n'aime pas le mot patois, insultant à mon goût ni celui de dialecte trop compliqué!!) vivante et qui sait dire les choses en images! Il y a du
Audiard là dedans!!!
Je te salue bien mon ami le fabuliste et tu mérites tellement ton nom, toi qui nous embarque dans ts histoires...
Gros bécots!


cheyenne 15/01/2010 17:58


alors c'était  ça la genése de chapeau melon ?  c'est  bien  que la grand mère  elle  se  soit pas  fait 
dévorer  par  ce morfale de loup tout miteux ! Mais t'aurais pas un peu abusé  de la liqueur  de sapin de notre  Vosgien ami ?  Tiens,  moi j'en ai 
une  boitanche qu'ils m'avaient apporté  lors  de leurt visites avec  u n panier  d'amuseries  de   La Bresse , mais je l'ai pas encore bue , va falloir que
je m'en ocuppe -  déjà  que j'ai sifflé  tout le cointreau ... - mais je suis  sure que ça  aussi c'est  du brutal, parce que  dans son coin, c'est  pas
vraiment  desmauviettes et ils boivent des choses un peu raides, comme les pentes  de leurs montagnes -


On dirait que  tu nous a fait un ptit coup de mou, notre Conteur ? j'espère que  c'est passé , on a  tous nos petits et grands  soucis, c'est la vie et elle  n'est pas
toujours un
long fleuve  tranquille

Heureusement ...



Sucramus 15/01/2010 14:45


Et une tite gentiane des hautes Vosges doublée de celle du Haut Jura, juste pour rabibocher les boyaux du ventre et ceux de la tête quand le bourdon vient zôner
par ici...
Hein qu'elle est bonne not' gnôle du bio écolo sorti des bouillotes de nos grand'pères...
Rien de tel pour remettre debout un cheval moribond.


Frambel 15/01/2010 14:36


Bonjour Fab:
Je passais juste te faire un tit bisou et en lisant tes commentaires, je vois que toi et Jean, vous n'êtes pas en grande forme, et cela me désole pour vous deux:
Mais il vrai que les ami(e)s du net sont présents pour un petit réconfort, virtuel bien sûr, mais sincère:
J'espère de tout mon coeur que cette petite déprime va prendre le large vite fait, et que le soleil reviendra dans vos coeurs:
Grosse bise: