Chroniques préhistoriques - 2 - La BD

Publié le par Fab le lyonnais

 

En ces temps reculés de la préhistoire, la vie était rude.


     Bic, promut au grade de génial inventeur était respecté par la tribu comme l'étaient le chef et le sorcier-guérisseur-naturopathe. Mais il ne faisait pas mésusage de cet avantage.

 

     Il n’avait pas chopé la grosse tronche et ne roulait pas des mécaniques. Les marmousets l’adoraient et même quelques drôlesses en pinçaient pour cézigue aussi lorsqu’il prit un coup de froid, nombreuses furent les infirmières improvisées à son chevet sous l’œil amusé de son ami le sorcier-guérisseur-naturopathe.

 

     En ces temps là, il n’y avait pas la sécu et même malade, tu ne pouvais pas de mettre en caisse et rester au caduche. Comme Bic n’était pas grolasson, il ne s’écoutait pas et partit un matin en reconnaissance. C’était la période de la chasse et la tribu devait renouveler son stock de peaux, de cuir, de suif et de viande séchée.
     Alors qu'il venait de traverser un petit bois et qu'il se trouvait au pied d'une colline, La terre se mit à trembler dans un bruit sourd. Ses sens aiguisés, lui en firent deviner la nature. Il gravit rapidement la colline. En haut, il zyeuta, dans une vaste plaine, un immense troupeau de gnous qui arrivaient en martelant le sol de leurs sabots.
     Des biches indifférentes à cette agitation paissaient une herbe bien grasse en cette fin d'automne. Elles savaient ne pas avoir affaire à des prédateurs.

 

     Bic fit demi-tour et il coursa pour avertir sa tribu. Comme il avait sué le burnous et mouillé sa liquette, lorsqu’il arriva à la grotte, le corgnolon en feu, il ne put s'adresser à ses compagnons, victime d'une brusque extinction de voix.


     Il prit un morceau de lave, et dessina sur le mur de la grotte, la position de leur tribu avec une caricature du chef, le petit bois, la colline, les gnous et les biches, des traces de pas pour indiquer le trajet et une simulation d'attaque du gibier avec des croquis de guerriers armés de pieux.

     Les chasseurs enthousiastes lui tapèrent la bise (on était fraternel en ces temps là) ; ils partirent bien équipés. La chasse sera bonne !
La tribu ne manquera pas de nourriture cet hiver.

Bic les regarda s'éloigner ; il rentra se mettre au chaud. Gaïa, la fille du chef lui avait préparé une calebasse pleine d’une infusion au thym.

Il sourit en lorgnant ses crobars qui ornaient la paroi.

     On était à Lascaux !!!


Bic venait de créer la première bande dessinée.


Etonnant non !!!
Un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l'humanité.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Frambel 17/11/2009 20:55



Super ce récit, surtout raconter de cette façon ! ! !



zouzounette40 12/11/2009 07:12







zouzounette40 11/11/2009 22:10


quel cours interessant.....je vais aimer ...l'histoire ...grâce à toi....( je préférais la géo quand j'étais scolaire et le français bien sûr...ma matière préférée grâce à une excellente
prof....qui a su nous faire aimer cette langue....merci Fab la lecture ce soir était fort plaisante..............aller je ferme car demain réveil à 5 h mon fils doit prendre le car pour le
lycée...........faut pas rater sinon bien embêtée....je serais....aller courrir à Capbreton....je ne pourrai pas je dois rendre des comptes à mon chef...........dernier jour avant un repos congés
de 10 jours youpi!!!!!!!!!!!!! je vais être en grande forme demain...........bisous Fab...


ginie 11/11/2009 19:05


moi aussi je vais être une élève disciplinée pour une fois !!! je prend exemple sur Jean hihi. Dis moi ce bic il en a inventé des choses !!! En tout cas c'était un vavito en herbe hihi. Je te fais
plein de gros bisous à bientôt...........flap flap flap


Jeansanterre 10/11/2009 15:00


Salut FAB ,  aîe nos aîeux ! Qu'ils sont loin . . . . mes cours d'histoire, programme de 6ème à l'époque (1966-67). Drôle de chronologie ou l'on passait des hommes des cavernes aux tribus
gauloises, des âges de pierre, de bronze et d'ailleurs sans rattacher les uns aux autres . . . dans ma petite tête c'était très confus !  Maintenant ça va mieux, et tout s'éclaire sous ta
plume, FAB ! Tu illustre fort bien la progression de l'Homo qui se pince ( à 2 fois pour y croire). Alors, je te promet de ne pas trop chahuter ton cours, sinon juste un peu pour la forme ... A
bientôt cher maître, et bravo ! AMITIE. Jeansanterre.