Les deux bouchons - 6 - la découverte

Publié le par Fab le lyonnais

     - Si l’on peut croire au Dieu qui nous a créés, on doit se méfier du Dieu que les hommes ne cessent d’inventer.

     La plaisante sagesse lyonnaise

   

     Les deux bouchons – 6 - découverte

   

     - A cause de la pente, y avait quarante sous qui étaient redescendus jusque sur la place de la Trinité, devant le Soleil*. Je les reprends, je fais mon compte : il me manquait encore dix sous. Alors je me pense que, des fois, ils se sont enfilés dans la fente qu’il y avait autour du parpin. Je remonte et j’arrache le parpin. Y tenait ! J’ai cru que jamais j’en arrivais à bout. Enfin il finit par venir et je farfouille dans le trou que ça faisait, en cherchant toujours ma pièce. Mais je trouvais rien que du marain* et de la terre… j’en avais encore plein les ongles… Finablement, au moment que j’avais le bras enfoncé jusqu’au coude, je sens quelque chose de dur. Je le sors, et ça se met à reluire au jour comme une devanture de bijoutier ! J’ai compris tout de suite, pas ? Je regarde bien si personne m’ont remarqué ; il y avait justement pas un chat à la montée ; je me cache le diamant sous mon caraco et je m’ensauve par la rue Tramassac. Ah ! j’ai pas été longue à rentrer, je te promets !

     - Mais, enfin, fais-le donc voir, nom d’un rat !

     - Tiens, le voilà ; Regarde-moi ça ! Et je l’ai encore un peu essuyé avec mon mouchenez, en crachant dessus.

     Alors elle sort de dedans son busc* sa découverte, qui était quasi aussi grosse qu’une boule de billard et qui brillait à vous tirer les yeux. On aurait dit que c’était éclairé par dedans avec des électricités de toutes les couleurs. ça semblait un feu d’artifice.

     Malgré qu’il soit jamais bien manifestant, le Toine en était quand même interloqué :

     - Ah ! ben vrai !...Quand même !... Mais sur quoi t’est-ce donc que t’avais marché dis ?

 

     La Génie, qui en gardait le tremble et les guibolles toutes flageolantes, était passée dans la cuisine pour se requinquer avec un verre d’arquebuse. Pas plus tôt revenue, elle se met à entreprendre son homme sur ce qu’ils vont faire à présent. D’abord, elle a bien envie d’aller tout de suite se prendre son peigne. Ils lui feront bien crédit pour une fois… Pour ce qui est du diamant, qui vaut pour sûr des mille et des cents, pour le moins des moins, elle est bien embarrassée… Elle se demande s’il lui ira mieux en broche sur son caraco, ou comme le pape sur sa capote, la noire, en beau devant, au lieu de fuchsias…

     Mais le Toine, qui est un homme de grand sens et qui voit les choses comme elles sont de faire, lui fait ses remarques à mesure, sans un mot plus haut que l’autre :

     - D’abord, si tu te mets le diamant sur ta capote, toutes les alouettes du ciel vont te descendre pour te tourner autour, comme après les miroirs des chasseurs dans la plaine de Vénissieux. Et puis, si tu te le gardes pour ton quand à soi, nous ne nous trouveront pas plus argentés qu’avant de l’avoir déterré…

 

     N’ayant rien à dire là contre, la Génie en pousse des soupirs à fendre du bois… 

cafesoleil 
  café du soleil : un des plus ancien café  qui est actuellement un très bon bouchon lyonnais à l’angle du Gourguillon et de la rue St Georges, juste à côté du théâtre de Guignol (qui propose des séances pour les enfants et aussi pour les adultes. En décembre, lors de chaque fête des lumières, aux fenêtres du premier étage, il est offert aux passants un petit dialogue savoureux entre Guignol et Gnafron sur l’actualité).

 

    marain : dans les autrefois, il s’agit du sable dragué dans le Rhône et utilisé pour le pavage des rues. Le marrain (avec deux r) c’est aussi les gravats.

 

cachebusc   
cachebusc1 busc :
au XIXème siècle pièce qui permet aux fenottes d'ouvrir le corset sur le devant, et donc de le mettre et de l'enlever beaucoup plus rapidement, et seule. Il est composé de deux baleines d'acier sur lesquelles sont soudés des crochets ou ergots, mâles et femelles.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zouzounette40 24/02/2010 19:47



je rattrape ma lecture....et j'apprends toujours....le marain....je me doutai en lisant que c'était de la terre...ou de la boue...c'est bien de préciser certains mots...et je sais que si je ne
comprends pas tu m'expliqueras...pour l'instant j'arrive à suivre...lol .... merci de ton passage mon Fab....j'ai été très émue en lisant chez GINIE....je ne savais pas et j'étais loin de me
douter tellement elle est toujours dynamique ...et heureuse....Pas simple la vie et comme tu dis ....son article devrait être lu par beaucoup...je te jure ça fait réfléchir...et comme je dis je
n'ai plus le droit de me plaindre ...


gros bisous je continue ma lecture...



Frambel 22/02/2010 12:44



Je reprends une nouvelle fois ma lecture chez toi, et je te dis
que çà..............Je me régale les yeux:

Je me demande bien ce qui vont faire d'un cailloux si gros qu'une boule de pétanque, hihihihi, peut être viser le cochonet avec: avec un ou deux 'n' me souviens plus: hihihhi
Bon je monte d'un étage:



ysengrin45 13/02/2010 13:56


Aux petits la grande vie ? On a du mal à y croire...


Au grenier de la Lune 10/02/2010 12:27


cirage de pompe en ligne...
 
Quel est le secret de ton éducation pour avoir réussi un texte si parfait  ? réponse: j'ai la classe tout simplement.
Tu as du en passer des nuits blanches, à écrire de si belles choses ? réponse: oui surtout quand il y avait pas Derrick à la télé le samedi noir fais chier ...
  Tu devais être un très bonne élève? réponse: Le radiateur s'en souviens encore mais là je demande mon Joker...
Les Filles  devaient toutes tourner autour de toi ? réponse: oui! et je portais toujours avec moi mon fusil chargé histoire de tirer les belles
Tu as tout de même un défaut? réponse: oui! je supporte pas quand mon ego se pique de me chiper la vedette ...

ça ira tonton ou tu en veux une autre couche...??
Remarque si tu le souhaite je pourrais tout aussi bien narrer tes exploits scolaires ...

bisous doux roudoudou


Irina 10/02/2010 09:39



Bonjour FAB ..

Finalement je vais suivre le troupeau .. je t'appellerai comme le font les autres blogueuses .. Je me suis permis de lire le com de Cheyenne .. eh .. bien .. dis-moi .. vous allez faire
connaissance en réel et passer un bon moment ensemble .. j'aime bien sa façon à elle  de s'exprimer ..(je suis allée sur son blog par curiosité) .. elle ne mâche pas ses mots ..! 
j'adore quand les gens osent dire le fond de leurs pensées sans pratiquer la langue de bois .. Bravo ..!
Je suis une forte tête .. paraît-il .. ce n' est  pas moi qui le dit et je suis toujours contente de retrouver par ci .. par là .. des consoeurs spirituelles ..!!!

Je t'embrasse et je t'envie pour cette journée .. !!!!  Salut ..  Irina