Les deux bouchons - 3 - les écommuns

Publié le par Fab le lyonnais

 C'est mon weekend d'accompagnement de Maman, mais vous pouvez venir dans ma turne sans mettre les patins; les clés sont sous le paillasson, le frigo est plein, y a de la mousse au frais, du champ et du picrate à température...   


- Si vous voulez que la vie vous sourie, apportez-lui d’abord votre bonne humeur.

     Baruch Spinoza

     

     Les deux bouchons – le peigne

   

         Le Toine avait beau être endurant, en ayant l’habitude des piapiateries de sa fenotte, mais quand t’as le coqueluchon qui commence à bouillir et que de plus la cocotte minute elle est même pas inventée, t’as vraiment que dalle pour ôter la soupape. Il te reste qu’à brailler plus fort et c’est ce que fit notre Mami.

     - Ferme un peu ton clapet et arrête de me cigogner les portugaises avec ton japillage, je te préviens de te méfier que ça va tourner mal. Au  lieu d’un peigne demain, ça se pourrait bien que ce soye une peignée tout de suite. Si à trois, que je m’en vais compter, t’es pas dans la montée en train de descendre, tu vas voir ce que tu vas voir !

 

     Rien ni fait, je t’en siffle ! Autant rajouter de l’huile sur le feu. Alors que voulez-vous, le gone il empoigne sa tavelle* et commence :

     À la une !… Deusse !... 

     Avant qu’il ait commencé à dire trois, la Génie débaroule les escayers en bieurlant :

     - Viens-y donc, grand lâche ! Si que tu crois que tu me fais peur ! 

     Comme quoi mes mamis avec les chenuses colombes, rien ne vaut la douceur pour se faire écouter…

 

     Le Toine venait tout juste de s’asseoir à sa banquette pour se remettre à sa pièce, mais il n’avait pas encore eu le temps de faire aller dix fois son battant sur son bistanclaque, qu’on cogne à la porte. Bon ! qui est-ce qui vient encore l’amuser, ronchonna-t-il ?

     C’était Tomate 

     Tomate, si d’hasard vous le connaissez pas, c’est un regrolleur* qui fait le concierge dans la maison et qui a sa boutique sur le derrière dans la cour.

Sur son extrait de baptême, il est bien porté comme étant Jean-Thomas Lichet, mais, dans tout le quartier, on l’appelle plus que Tomate, rapport au picou qui lui tient tout le milieu de la trogne, étant plus large que long.

Un nez, rien qu’à le borgnoter, vous devinerez avec quoi qu’il se l’est mis en couleur vu qu’il semble peinturluré avec du Beaujolais de l’année. Tomate, qui est bien ami avec le Toine, vusse que quand ils étaient minots ils faisaient la polisse* ensemble, aime à lever le coude, tout le monde vous le diront. Mêmement qu’à partir de midi, vous le verriez jamais marcher droit que par force : quand sa cenpote* est vide. Et pas riche non plus ; avec ses regrollages, y gagne bien tant de quoi assurer sa chiquaison, mais pas en suffisance pour sa lichaison. Alors, il grimpe souvent jusque chez le Baraquette, pour se faire faire une politesse, mais principalement quand la Génie n’est pas là. Aque, elle ne peut pas le sentir rapport à ce qu’il lui dérange son homme.

     Tomate entre donc et se met à expliquer au Toine le pourquoi de ce qui l’amenait et que c’était une grosse embièrne qui lui arrivait comme concierge et que ça le canulait comme tout.

     - Depuis hier soir, le bouchon, parlant par respect, le bouchon des écommuns*, dans la cour, à main gauche, se trouvait de n’être plus à sa place naturelle. Et pas moyen de mettre la main dessus. Un bouchon en sapin ciré tout neuf, que le regrettier*, Messieu Vautour, avait fait faire en rue Grenette pour le jour de l’an et qui avait couté cinq francs et dix sous. Mêmement que rapport à cette dépense il avait raugmenté tout ses locataires, en donnant pour raison qu’il s’était fendu de grosses réparations. S’il demeurait perdu, ce bouchon, ça sera à lui Tomate, d’en racheter un autre, et il lui restait que des dus. Sans compter que le propriétaire le démissionnerait peut-être bien pour ne pas avoir assez veillé sur la maison. Il était si regardant cet homme…

 

 tavelle : c’est la trique comme celle que guignol utilise pour rosser sa fenotte et les gendarmes. C’est en quelque sorte, l’ancêtre du martinet…
guignol et gnafron

  
 
regrolleur : cordonnier, métier de notre ami gnafron qui est lui aussi un buvanvin. Mais n’allez pas croire que tous les cordonniers sont plus portés sur la chopine que penchés sur leur ouvrage. 

 

   polisse : chez les gones faire la polisse, c’est bien sûr être polisson, mais sans être des galapians comme les blousons noirs des années cinquante.

  

   cempote : tonneau de 105-110 litres et la plaisante sagesse lyonnaise dit : faut d’abord remplir sa cempote avant que de prendre soif.

 

   écommuns : c’est comme qui dirait la cabane au fond du jardin. cabane-fond-jardin


Les gens avaient chez eux des vases de nuits qu’ils vidaient dans les tonneaux du gandou qui faisait sa tournée tôt le matin. Dans la journée, les gens allaient aux écommuns et le bouchon se devait d’être ouvragé et surtout bien étanche.

 

   regrettier : propriétaire ou régisseur qui dans la tradition de guignol est toujours apparenté à un malfaisant, un rapiat, un grippe-sous.

   

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zouzounette40 04/02/2010 21:24



Qu'est-ce qu'on est bien chez Toi ....!!! y a du feu dans la cheminée....
des boissons à volonté....
je me tape un jambon beurre...en lisant ton histoire....


et tu sais quoi ??
que du plaisir !!!

Merci Fab



petite créa du soir .....BONSOIR



ginie 26/01/2010 09:29


Evidemment on parle de bouffe et ti loup rapplique !! je vois que Frambel est fidèle plus que moi bouhhhhhhh. Et tu as fait de nouvelles connaissances. C'est bien d'avoir expliquer certains mots
pipa et pour les piats j'ai bien compris que ce n'était pas de mes très beaux enfants hum hum donttu parlais. Moi aussi j'ai un soucis avec le calendrier des fêtes puisque je tombe avec la saint
raymond !!! Bon ce pauvre tomate j'espère qui va pas se faire trop taper sur les doigts et qu'on va retrouver le bouchon .....En tout cas ça lui fermé le clapet à la genie hihi. Je te fais de gros
bisous et te souhaite une bonne journée j'espère que mamie allait pas trop mal à plus................flap flap flap


christopheCTL 25/01/2010 20:35


Il va pas finir SDF tomate?


ysengrin45 25/01/2010 13:51


Salut fabulyon, quel plaisir que cette langue truffée d'argotteries chantantes ! Je m'en repais avec grand plaisir. Amitiés.


Fab' 24/01/2010 21:49


En réponse à chris69; les coordonnées de ce blog sont
http://fabliau-argotique.over-blog.com/ 
je te coque la miaille ma beline