Les deux bouchons - 10 - déception

Publié le par Fab le lyonnais

 

    Une lecture amusante est aussi utile à la santé que l’exercice du corps.

    Kikadi ça mes belins belines ? Je vous le donne émile, c’est :

    Le philosophe Kant dans « critiques de la raison pure »

  

     Les deux bouchons – 10 – déception

    

     Vous allez pas y croire, mais la Génie recommence de rire en disant

     -  Que bien sûr le père Trébuchet, n’est qu’un mandrin, comme ils le sont tous. Il pensait de leur faire donner quatre sous et après il le revendrait tout ce qu’il voudrait. On a pas idée d’aller demander le prix d’un si gros diamant à un petit bijoutier de rien du tout. Elle en verrait un autre, elle, qui serait honnête !

      Comme Baraquette, sans piper mot s’en retournait vers son Jacquard, la Génie se fâche toute rouge et se met à voicifoirer comme un coq :

     - Alors ! grand bête, toi aussi tu crois qu’il est en faux ?

     - Je ne fais pas que de le croire que dit le Toine, j’en suis positivement sûr et certain, vu que le père Trébuchet, s’étant mis sa lunette dans un œil, à pris un outil à lui, en acier fin, et qu’avec la pointe, sans seulement bien appuyer, il a écrit quelque chose sur ton diamant, là. Et comme un diamant authentique rien ne peut réellement lui marquer dessus, tu vois bien qu’il est en verre le tien.

     Et il repose le bouchon sur la table

     - En verre ! la dessus la Génie elle pousse une quinchée qu’on a du l’entendre jusqu’à l’Hôtel de Ville pour le moins. Elle tourne de l’œil et s’abouche sur les carrons*.

     Son homme la secoue tant qu’il peut pour la désévanouir, lui fait des glis-glis dans le cou et, une fois revenue et ravigotée avec un verre de Saint-Genis*, tâche moyen de l’arraisonner :

     - Ma pôvre, tu t’es faite par trop des imaginations ! Et puis quoi, on sera pas plus ablagés maintenant qu’il y a deux heures à peine de ça. mêmement que ce n’est que du temps de perdu et qu’il va falloir que je rattrape en travaillant.

     Il va donc se rassoir sur sa banquette comme si de rien n’était. La Génie quand à elle, s’abouchonne sur une chaise en pleurant comme une Madeleine la tête dans son tablier.

     - Non ! par sainte Marie Alacoque que c’est pas dieu posse ; Que je m’en, consolerai jamais, jamais du grand jamais. Une pierre si conséquente  et qui brillait tant ! Ah ! oui pour de vrai que j’y crois maintenant aux papes qui s’achètent de la camelote. Ils ne sont pas plus consciencieux en fait de toilettes, que les canuses qui veulent siffler plus haut que leur bec. Et ça fait franchement regret ! Et mon peigne… Et notre campagne ! Et l’automaboule ! Ah oui ! qu’on a même pas de quoi se payer le tramevet.

 

     Ça faisait  vraiment pitié de la voir dans ces états.

 

      Pendant ce temps, Tomate remontait encore de sa loge. Voyant la Génie toute retournée et pâle comme une recuite*, il leur demande ce qui a bien pu leur arriver. Baraquette lui rebrique que ça n’est rien ; qu’en faisant les comptes du ménage, ils se sont trompés de 499 999 francs et seize sous, et que ça les avait quand même ennuyés sur le moment mais que ça passerait.

     Alors le…

    

  carron : les carrons sont fabriqués dans des carronnières où se trouvent à la fois le lieu d'extraction de l'argile et les fours de cuisson ; elles ne sont plus exploitées aujourd'hui et elles servirent non seulement à la fabrication des briques mais aussi à celle des tuiles et des tomettes. Les carrons se sont donc les tomettes du carrelage de la cuisine. Ils étaient très résistants au gel. 

stgenis   

Saint-Genis :
Au début du XIX e siècle, on comptait près de 100 ha de vignes à Saint-Genis Laval, proche de Lyon 5ème ! Surface en vigne qui allait considérablement se réduire suite à des accidents météorologiques  (orages de grêle dévastateurs en juillet, fortes gelées au printemps...).

 

    Pleurer comme une madeleine : Marie de Magdala (plus connue sous le nom de Marie-Madeleine) apprenant la venue de Jésus chez un Pharisien, entra dans la maison, se jeta aux pieds du messie et lui lava les pieds de ses larmes. 

 

    recuite: la recuite est obtenue par cuisson du petit lait. C’est un produit qui ressemble à de la faisselle visuellement, mais qui est beaucoup plus granuleux et un peu plus fort en goût.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ginie 26/02/2010 20:02


Pauvre génie qu'elle déception mais je m'y attendais un peu à celle là trop sur d'elle la fenotte. Bon je vois que tu as fait quand même 2 articles !! Moi j'ai pas bougé d'un pouce hihi c'est que
j'ai écrit pour 6 mois pouf pouf pouf. Je fais un petit tour chez tout le monde et je file lire la suite...........flap flap flap


Irina 25/02/2010 18:15



Bonsoir Fab ..!

Je suis revenue .. mais le coeur n'y est pas ou plus .. je crois que je sature .. je me compare un peu à ta chialeuse de Marie Madeleine .. pour ce qui est des larmes .. pas la fille de joie
qu'elle était paraît-il .. non.. non .. je suis vertueuse moi ..!  Tu y crois .. ou serait-ce un piège ..? 

Toujours est-il que je continue bon gré .. malgré .. qui vivra .. verra .. ou le chemin nous mènera ..!!

WHAT  WILL  BE .. WILL .. BE ..!!!

Merci pour ton com .. cela fait plaisir de savoir que les amis ne vous oublient pas en votre absence ..!!
à un de ces jours .. Salut ..  Bisous .. Irina



JEANSANTERRE 24/02/2010 22:40


Bonsoir FAB , MERCI pour tes messages chez moi et saches que c'est moi qui t'est redevable de toute cette bonté et cet humour qui ensoleille un coin de mon coeur... Si seulement je pouvais allèger
tes soucis d'autant que tu le fais pour moi, j'en serais plus qu'heureux ! Je me doute des difficultées à accompagner ta mère dans ses dernières années de vie, j'y pense quand je suis auprès de la
mienne... A bientot FAB. AMITIE. Jeansnterr.e


Frambel 24/02/2010 21:31





Allez, lachez vos coms en musique ! !
Juste que j'avais envie de te mettre cette vidéo pour te remercier de ta visite chez moi:
Une musique pour adoucir ce monde fou: ( rire )
Bonne soirée a toi








zouzounette40 24/02/2010 20:19



voilà je suis à jour de ma lecture et j'attends la suite....pauvre Génie....elle y croyai vraiment à son diamant....bisous Fab....bonne soirée à toi ...