l'ermite du mont cindre - 2 - offre d'emploi

Publié le par Fab le lyonnais

Avec Mireille Darc, vaut toujours mieux faire gaffe, c’est une cancanière, pire que nous. Si on lui faisait pas la bise, elle serait capable de raconter qu’on a tourné pédé… d’aller colporter ça dans tout Paris…

Extrait de : « sur Mireille Darc » de Michel Audiard

 

L’ermite du Mont-Cindre – 2 – offre d’emploi

 

     Les gones du Conseil firent donc un papelard avec le curé de Saint-Cyr, comme quoi, lui, curé, serait locataire de l’ermitage, de la tour et du petit jardin, à charge d’y tenir un ermite, un vrai, avec l’uniforme, la croix, la bannière, le livre d’orémus (car il ne voulaient pas de la camelote), et qui recevrait poliment le monde, à volonté, toutes les fois et tant qu’il en viendrait, depuis neuf heures du matin jusqu’à sept heures du tantôt, en distribuant des petites médailles, comme ça c’était toujours fait. Et ils promettaient, de leur côté, qu’on ne lui ferait pas de concurrence, ce qui n’était pas de craindre depuis que le maire de Vaise avait racheté le fonds du faux ermite*

 

     Ainsi, pendant trois ou quatre ans, il n’y eut rien de changé au Mont-Cindre, et tout le monde était content. Mais vela-t-y pas qu’un beau jour, l’ermite du temps, un beau bel homme que tous les Yonnais connaissaient, et qu’ils en étaient fier autant que d’un fin jouteur ou d’un modère bien mogneux*, vu qu’il n’y avait pas en Europe une ville qui en oye un pareil à montrer, l’ermite donc, qui couchait tous les soirs, comme tout un chacun le savait bien, dans une caisse en forme de cercueil sans couvercle, à tant faire que d’y coucher et de prendre d’âge comme tout le monde, il y resta tellement bien qu’y fallut lui visser le couvercle du dessus.

     On lui fit une belle enterrement ; les journaux de Lyon imprimèrent son portrait avec toute son histoire* ; et puis, c’est de tout comme de tout, pour un ermite comme pour un pape, on pensa d’en chercher un autre.

     C’était une chose bien malaisée ; car les ermites, mes belins, belines, c’est une corporation qui ne fait guère d’abonde. Il y a des métiers comme ça qui se perdent, parce qu’on ne fait plus d’apprentisses. Le curé de Saint-Cyr surtout s’en faisait du souci, vu que c’était sa besogne à lui que de trouver un ermite, comme que c’était stipulé dans le papelard. Il écrivait à tous ses amis, et mêmement à des inconnus, jusqu’à Tarare ou Bourgoin. Il avait fait mettre aussi des annonces dans les journaux ; et je dis bien les journaux de Paris, à la page des offres d’emplois :

    On demande près de Lyon, pour un ermitage municipable ouvert au public, un ermite sérieux et convenable, célibataire ou veuf, en bonne santé, sachant répondre la Messe et recevoir le monde. Beau panorama ; cure d’air ; travail modéré. Références exigées. S’adresser à M. l’abbé X…, à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or (Rhône).

     On lui avait bien proposé un ou deux grands galavards*, des espèces de bras neufs qui ne cherchaient qu’à se la couler douce. Heureusement, il s’était méfié, et il leur avait fait assavoir de ne pas se déranger, qu’on n’avait pas besoin d’eux.     

 

*

     Faux ermite : la commune avait en l’an VIII de la Révolution racheté l’ermitage et installé un gardien avec un costume semi religieux dans cette chapelle devenue Notre Dame de la Montagne. Ce faux ermite vivait du commerce de son vin et des fromages et fruits de son jardin et vendait des médailles. Du depuis, et malgré la Restauration qui avait rendu l’ermitage au clergé, un commerce à Vaise avait perpétué cette parodie du faux ermite. En 1905, le fonds avait été racheté par la mairie en accord avec la commune de St Cyr.

 

    Modère bien mogneux : un modère est un batelier ayant un privilège et qui fait traverser le fleuve, tant la Saône que le Rhône. Il se doit d’être bien mogneux, c'est-à-dire avec de gros biceps et une force considérable à cause qu’en Saône ou en Rhône, le courant et si tant fort que si t’es pas costaud, ton embarcation elle part de Vaise (au nord) pour arriver à Pierre-Bénite (au sud) si ce n’est pas à Péage de Roussillon ou Valence.

  ermitage

     Le dernier ermite : le 1er avril 1878, Emile Damidot, dit Frère François, s’installe au mont Cindre. La succession est lourde : les bâtiments sont délabrés, le jardin en friche .Mais Frère François est armé d’une foi à toute épreuve et d’un courage plein de passion qui l’aident à restaurer entièrement l’ermitage. Il déblaie, maçonne, jardine du matin au soir. Avec les pierres ramassées le long des chemins, il construit un jardin de rocailles avec des bassins, des chapelles et des grottes pour accueillir une quantité de statues .Il meurt devant sa chapelle à l’automne 1910.chapelle
Ce fut le dernier ermite religieux vivant en permanence dans l’ermitage.
 

      Dites moi mes belins, belines, ça vous fait pas un peut penser au palais idéal du facteur Cheval de Hauterives dans la Drôme. Celui-ci avait commencé l’édification de son palais en 1879 pour l’achever en 1912.

     C’est pas dieu posse que d’y croire, que deux mamis qui ne se connaissaient pas du tout, ni d’Ève ni des dents, ont simultanément accompli le même travail.

     Il est bien regrettable, que pour la Chapelle de l’ermitage du Mont-Cindre, les intempéries, le vandalisme et les cambriolages aient fait disparaître les statues et endommager ce site qui attend sa restauration.

     Un de ces quatre, je vous ferai un article plus détaillé sur l’histoire de l’ermitage ; et si tant est que vous passez par chez moi, faites moi signe et attendez vous à savoir que je vais vous en conter des gandoises à vous faire rêver. Tant qu’à bien faire, je vous ferai aussi goûter un cuchon de bonnes chiquaisons et bonnes lichaisons.

    

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ginie 03/08/2010 20:11



Soir tout le monde !! j'ai pas de nouvelles à vous dire mais je suis passée pour voir si mon message était bien arrivé. Je vois que pipa à toujours ses fans et tant mieux. ça le fera peut-être
revenir plus vite surtout que cet hermite il va finir par sécher sur place héhé........gros bisous à tous et à plus...............flapflap flap



zouzounette40 02/08/2010 21:58



tu es adorable mon Fab.....c'est moi qui te remercie de tes mots...si doux à mon oreille....


je t'embrasse fort !!!






zouzounette40 30/07/2010 21:09



Un grand MERCI Fab.....pour ces jolis mots déposés ....


je suis très touchée....par tes mots ...qui chantent....ma joie de vous faire partager mes bonheurs sur la plage !


un régal Fab cette plage aujourd'hui....je me baigne je fais la sirène....


je dors sieste sous le parasol....


je me balade avec mon appareil toujours à la recherche de l'image....


tu peux pas savoir comme je suis heureuse sur ma plage !


et j'aime vous le dire ...





gros bisous Fab.....



zouzounette40 28/07/2010 20:53



Bonsoir Fab merci de tes explications.......c'est toujours un plaisir de te lire....


Toi Alors !! tu en sais des choses !!!!! sourire


comment tu fais pour te souvenir de tout ?? t'as un secret ??


Je rentre de la plage et je me suis amusée avec les coquillages....


voici le résultat !





ah cette ZouZou .....Elle pense blog aussi sur la plage !!!!


merci et bisous mon Fab ....



zouzounette40 28/07/2010 09:58






bisous Fab je repasse ce soir en attendant l'océan m'appelle j'y cours............trop bon le matin....beaucoup plus calme et moins chaud....la baignade excellente marée basse !!! bonne journée !