chroniques préhistoriques - 10 - la carte

Publié le par Fab le lyonnais

 

Noël, pour les dindes, c’est le jour des morts !

Félix Benoît – la plaisante sagesse lyonnaise

 

En ces temps reculés de la préhistoire, la vie était rude.

 

     Biscotte dresse la tête en poussant un gémissement plaintif. Bic dirige son regard en direction du bruit qui se rapproche.

 

     - On vient sans précaution, se dit-il ; il n’y a donc aucun danger.

 

     Il aperçoit alors l’enfant tenu à la main par une jeune femme avec à ses cotés un homme de forte carrure. Celui-ci avance en plaçant ses paumes bien en évidence pour indiquer qu’il n’est pas armé. De son côté, Bic pose le pieu et le couteau à terre et fait de même. Les deux hommes se saluent en souriant, la femme s’approche et l’embrasse sur la joue en signe de remerciement.

 

     - Je suis Ranulf, le chef du clan, déclare l’homme ; voici Naïana ma compagne et ce jeune homme s’appelle Nao ; je te dois la vie de mon fils. Demande ce que tu veux !

 

     - Je ne souhaite que ton amitié, répondit Bic après s’être présenté à son tour.

 

     - Je t’invite avec l’animal qui t’accompagne à rejoindre notre camp. Nous prendrons un repas en commun et je t’offre l’hospitalité d’une nuit.

 

     Bic remercie et suit le couple et l’enfant. Il est accueillit par les membres du clan avec beaucoup de chaleur, chacun voulant toucher celui qui a sauvé la vie du fils du chef en le ramenant sain et sauf.

 

     Le reste de l’après-midi, les hommes échangent leurs connaissances.

     Bic leur montre comment faire du feu très rapidement et sans effort, il leur explique le principe du levier pour soulever ou déplacer les lourdes charges. En contrepartie on lui enseigne l’art de rendre les peaux fines et souples, pour en faire des vêtements plus légers ou construire des auvents qui protègent de la brûlure et de la chaleur du soleil. Il apprend aussi à fabriquer un arc et des flèches et leur utilisation. Après quelques essais maladroits, il fait preuve d’une adresse appréciée et saluée par les hommes.

 

     La veillée est comme à l’habitude ponctuée de récits des chasseurs qui enjolivent leurs exploits pour impressionner les enfants, amuser et faire rires les femmes et les hommes. Biscotte n’est pas en reste et il profite aussi du repas et des nombreuses caresses prodiguées par les enfants qui l’ont tout de suite adopté. Quand Bic sort l’instrument de musique qu’il a fabriqué et en joue, tous poussent des cris de joie et l’instrument passe de main en main, de lèvres en lèvres, dans une joyeuse cacophonie.  

 

     Le lendemain Bic et Biscotte se préparent à partir ; l’homme promet de revenir et de concrétiser des échanges entre leurs deux tribus. Bic offre son instrument de musique à Nao. Un arc, des flèches et des peaux fines lui sont remis en cadeaux.

 

     Bic est satisfait d’avoir de nouveaux amis. Il pense qu’il faut que cela soit concrétisé. Il prend la parole :

 

     - Tout d’abord nous allons nommer chaque clan. Je propose que le tien soit celui des « loups » en souvenir de mon aventure avec Nao. Ranulf approuve. Ma tribu sera celle des « rennes » et celle avec qui nous avons fait alliance s’appellera les « buffles ».

 

     Sur une peau fine, avec un résidu charbonneux, il positionne chaque tribu en fonction de sa distance qu’il évalue en jours de marches. Il précise l’orientation soleil levant à main droite et soleil couchant à main gauche. Il dessine ensuite les principaux obstacles naturels, fleuve, lac, montagne, forêt. Il remet le fruit de son travail au chef.

 

     Il quitte le camp sous les ovations de ses nouveaux amis qui le suivent du regard jusqu’à ce qu’il disparaisse à l’orée du bois. Une larme perle au coin de l’œil de Nao blotti contre sa mère. Il sait cependant qu’il reverra son « grand frère ».

  

Bic venait d’imaginer la première carte routière.

Etonnant non !!!

Une petite création pour l'homme, un grand pas vers le GPS.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zouzounette40 12/12/2009 10:00


la première carte routière mais aussi l'amitié et la paix entre tribu..c'est un pas vers l'humanité....bisous Fab...j'essaie de rattraper mon retard dans un moment de lucidité....pas très en forme
mais ça va venir....bien touchée cette fois ..je me sens comme une vieille....lol


ysengrin45 03/12/2009 17:18


Salut fabulyion. J'en apprends de l'historien lyonnais et fabuliste ! Diable, la carte routière si tôt! Je n'aurais cru, mais si tu le dis et que tu l'écris, alors... Amitiés.


Frambel 01/12/2009 10:43



Bonjour Fab: Je m'empresse de venir lire la suite de cette 'fabuleuse' histoire: Beh, l'est fortiche ce Bic, tout comme ton stylo  ( rire ) çà mériterai d'en faire un super film, je suis
certaine que je serai la première arrivée à la salle de cinéma :
J'ai hâte de venir lire la suite :
Je te remercie pour tes gentils coms, suis toute rouge de confusion ! !  si si :
Amitié à toi et passes une bonne journée:



Jeansanterre 30/11/2009 22:28


Bonsoir Fab, dis donc , il carbure à quoi ton Bic ? Vraiment trop fort pour un homo-qui-s'pince .... pas du col ! Il va en inventer encore beaucoup des comme celles-là ? De grâce ne luit fait
pas découvrir d'autres poudres que celle d'escopette plutôt que celle à éternuer son extrait de naissance ... no violence ... peace and love only ! . A bientôt mon FAB. AMITIE.
Jeansanterre.


ginie 30/11/2009 19:39


ahhhhh cheyenne m'enfin on mange pas les gentils toutous. Bonsoir pipa voilà ma nouvelle adresse et j'ai reçu un message ça marche. Sinon tant pis on reviendra aux signaux de fumée hihi. PLEIN DE
BISOUS.................flap flap flap